Canucks 8, Bruins 5: Synchro 101

Par Josie Lemieux – Consultante – @HockeyPsyched – Force mentale – Contrôle émotionnel

Le match de jeudi entre les Bruins de Boston et les Canucks de Vancouver peut se résumer en quelques mots : Vancouver a démontré ce qu’est la cohésion d’équipe et la concentration mentale.

Sans discréditer les efforts des Bruins pour prendre le contrôle du match, surtout avec deux buts de Jake Debrusk, les Canucks ont adapté l’essentiel du hockey, du début à la fin : la synchronisation.

Mieux encore, les Canucks ont montré aux Bruins qu’ils n’avaient rien contre le fait d’être sur leur territoire, sur leur propre glace.

Depuis la Coupe Stanley des Bruins en 2011 contre ces mêmes Canucks, ces deux équipes sont toujours en guerre. Quelque chose n’est toujours pas réglé. Ce n’est pas écrit nulle part, mais ça se sent. La défaite et la frustration peuvent se transformer en force positive. Une Coupe Stanley peut se transformer en un excès de confiance inconscient, même lorsque vous jouez dans votre ville.

Ne vous méprenez pas, les Canucks ont eu et ont toujours leur part de mauvais jeux. Mais hier soir, la synchronisation a été décortiquée :

Ils savaient où ils étaient et à qui ils avaient affaire.

Ils n’ont pas attendu que quelque chose arrive. Ils ont fait en sorte que quelque chose arrive.

Ils n’ont pas attendu l’occasion parfaite. Ils ont chargé Halak et Rask, qui a tenté d’aider ses coéquipiers en laissant son filet et en accordant un but adverse.

Ils ont marqué leurs hommes.  Hockey de base.

Ils n’ont jamais permis de jouer avec peu d’énergie.

Ils étaient synchronisés dans leurs systèmes de mise en échec, de contrôle du jeu et de passes.

La foule hostile ne les dérangeait pas.

Ils sont restés calmes et ont gardé foi en leur gardien Jacob Markström.

Après chaque but des Bruins, rien ne semblait être perturbé sur le banc. Bien sûr, la frustration a essayé de s’installer. Mais non.

Ils l’ont laissée passer à travers eux.

Vers la fin de la partie, Darren Archibald des Canucks a fermé les livres, s’est battu et a fait tomber Torey Krug des Bruins sur la glace(qui défendait à juste titre un coéquipier), avec le message suivant :

« Ce soir, on vous a eus. Juste pour que tu le saches ».

La dynamique d’équipe est cruciale où que vous soyez. Peu importe qui vous êtes.

Les revirements pénibles et le tough love sont toujours les leçons plus mémorables et les plus efficaces.

Photo Credit: By redsox20041027 (Flickr: Banner City) [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Be the first to comment

Hop on hockey fan, join the conversation ...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.